STARTEGIE ECHEC

Les 10 meilleures stratégies pour tenter de gagner aux échecs

Pour être performant aux échecs, il est important de comprendre les subtilités du jeu, de bien observer son adversaire et de connaitre ses intentions. Le but du jeu est de mettre son adversaire en position d’échec et mat. Afin de bien gérer une partie, il faut miser à la fois sur la planification, donc la stratégie, puis sur le côté opérationnel, donc la tactique. Je vous présente ici 10 stratégies implacables pour jouer et gagner sur les meilleurs sites d’échecs en ligne !

Stratégie n°1 : Contrôlez le centre de la partie  

Contrôlez le centre de la partie 

Le centre est une zone importante de l’échiquier. Il est important de la maîtriser directement avec des pions ou de façon indirecte avec des pièces. Il s’agit d’une zone qui contrôle les autres et vous pouvez plus facilement accéder aux autres parties de l’échiquier.  

Lorsque vous maîtrisez le centre, vous avez de l’espace pour déplacer vos pièces, l’autre joueur a ainsi des difficultés pour bien placer les siennes. 

Pour contrôler le centre de la partie, il y a deux possibilités :

  • Vous pouvez contrôler le centre avec les pions pour gêner les pièces du camp adverse. Ce faisant, vous avez aussi plus d’espace que lui et donc vous pouvez déployer vos pièces avec plus d’aisance. 
  • Vous avez la possibilité de maitriser le centre avec les pièces, afin qu’elles aient un large champ d’action. 

Stratégie n°2 : Protégez votre Roi 

Protégez votre Roi 

Le Roi est la pièce la plus importante en échecs, car lorsqu’il est mis en échec et mat, la partie est terminée. Le roque est une technique pour sécuriser son Roi en le déplaçant par exemple dans les colonnes du centre.  

Le Roi est davantage en position de sécurité après avoir roqué, qu’au centre de l’échiquier pour les raisons suivantes : 

  • Pour que les pièces soient plus actives, il faut les placer au centre de l’échiquier. A partir de là, elles peuvent constituer des menaces vis-à-vis du Roi du camp adverse. 
  • Lorsqu’on déploie ses pièces au centre de l’échiquier, cela signifie qu’on a avancé un ou plusieurs pions au centre pour maitriser plus d’espace. Ces pions sont une occasion pour ouvrir des diagonales ou des colonnes pour attaquer le Roi du camp adverse. 
  • Avant le roque, la case f7 des Noirs et f2 des Blancs sont en position de faiblesse. 

Lorsque vous craignez un échec, vous pouvez l’affronter soit en le fuyant en déplaçant le Roi, en prenant la pièce qui fait échec ou encore en interceptant l’échec via l’interposition d’une pièce. 

Parfois vous n’avez pas le choix, une seule solution est possible, mais dans d’autres cas, il y a plusieurs possibilités, vous avez donc un choix à faire. 

Stratégie n°3 : Obtenez un avantage matériel 

Stratégie n°3 : Obtenez un avantage matériel

Pour obtenir un avantage sur l’adversaire, il va sans dire qu’il est inévitable de sacrifier des pièces. Toutefois, évitez d’offrir vos pièces inutilement, car pour faire un mat, il faut avoir des pièces. Avoir plus de pièces puissantes veut dire augmenter ses chances de gagner. Essayez donc de gagner des pièces adverses et de garder les vôtres. Pour connaitre la valeur des pièces, confrontez-les aux autres. 

Essayez au maximum de conserver vos pièces, ne les perdez pas inutilement lorsque ce n’est pas nécessaire. Lorsqu’il faut perdre une pièce, il faut faire attention à ce que soit un sacrifice profitable. Même un pion a son importance, toutes les pièces ont une valeur. 

Dans un jeu d’échecs, les pièces ont différents déplacements, le Cavalier a des déplacements limités et c’est la pièce unique qui peut passer au-dessus des autres. La Dame, elle, est très mobile. Le Fou se déplace sur une diagonale mais garde la même couleur de cases. 

Ces façons de se déplacer confèrent aux pièces une valeur. La dame, très mobile, vaut neuf pions, le Fou et le Cavalier valent environ trois pions, la Tour se déplaçant avec plus d’aisance qu’eux a une valeur de cinq pions. Le pion, lui, est limité, il ne se déplace que d’une ou deux cases et ne peut reculer, il est pris comme unité. 

Stratégie n°4 : Augmentez l’activité de vos pièces

Lorsqu’elles restent immobiles sur la première rangée, les pièces ne sont pas réellement utiles. Il faut les utiliser pour attaquer le Roi de l’adversaire. Pour ce faire, il faut que les pièces soient actives.  

Parmi les mouvements à faire pour mieux activer ses pièces, l’ouverture d’une colonne pour envahir le camp adverse est à privilégier. Vient ensuite l’ouverture des diagonales pour faire jouer le Fou. Utiliser de façon judicieuse la paire de Fous lorsque l’autre joueur ne l’a plus est aussi une manière d’activer ses pièces.

Stratégie n°5 : Attaquez le Roi adverse

En principe, le Roi qui est placé au centre de l’échiquier après avoir roqué est dans une position de faiblesse. Vous devez alors l’attaquer. 

Pour ce faire, vous pouvez sacrifier des pièces, profiter des roques opposés pour l’attaquer ou encore ouvrir les colonnes contre le roque adverse. 

Or, un Roi attaqué par des pièces de l’autre camp est vulnérable, même lorsque les pièces qui l’attaquent sont immobiles, destinées à sécuriser leur Roi. 

Stratégie n°6 : Faites une bonne ouverture

Ce sont les deux premiers coups dans le jeu. Il faut sortir hors des cases de départ le maximum de pièces. Positionnez vos pions dans le centre de l’échiquier pour que la voie soit libre et que les pièces les plus fortes puissent se déplacer aisément. 

Vous pouvez par exemple avancer le pion du Roi de deux cases puis celui de la Reine. Ce faisant, les Fous peuvent se déployer.  

L’ouverture dépend aussi de la couleur des pièces. Comme les blancs attaquent en premier, vous devez attaquer pour contrôler le jeu. L’objectif d’une ouverture réussie est de déplacer les pièces fortes efficacement, il ne faut donc pas trop déplacer les pions.  

Stratégie n°7 : Attaquez et contre-attaquez

Stratégie n°7 - Attaquez et contre-attaquez

Avant d’attaquer, il faut rompre l’équilibre positionnel en sa faveur. Parmi les points à mettre en place, il faut exploiter les faiblesses de l’adversaire et éliminer ses points forts. 

Un coup célèbre est celui qui consiste à avancer de deux cases le Roi puis la Reine. Ce faisant, le Fou peut se déployer, cela donne aussi la possibilité de roquer avant de passer à l’attaque.  Quant à la contre-attaque, elle se fait envers une pièce qui a une valeur plus importante. 

Stratégie n°8 : Le coup du berger 

Stratégie n°8 - Le coup du berger 

Le coup du berger est un mat rapide, il s’exécute après quatre coups seulement. La nature et l’ordre des coups peuvent être différents, toujours est-il qu’il faut attaquer la case f7 ou f2 avec la Dame et le Fou. Le pion de la case f7 est protégé uniquement une foi par le roi, qui est la pièce à attaquer. Ainsi, il faut attaquer à deux reprises le pion f7 par la Dame et le Fou.

Mais si l’autre joueur connait cette stratégie, il peut gagner à votre insu. 

 Stratégie n°9 : Gardez une bonne structure de pions

La structure de pions dans les échecs est leur configuration sur l’échiquier. Il s’agit d’une structure peu mobile, car les pions sont les pièces qui se déplacent le moins. La disposition des pièces traduit la nature de la stratégie.  

Il est important d’avoir une bonne structure de pions. Ceci se traduit par :

  • La présence d’une ou plusieurs chaînes de pions
  • L’existence de pions passés
  • Peu d’îlots de pions
  • L’existence de pions doublés

La structure des pions peut être faible, par exemple lorsqu’il y a un pion arriéré, des pions doublés ou un pion isolé. Une fois cette faiblesse existante, elle est difficile à supprimer.  

Tentez d’avancer et de mettre en valeur un pion passé pour obtenir un avantage matériel. Le joueur qui a le plus de contrôle sur l’échiquier est en position de force. Qui dit plus d’espace, dit davantage de possibilités et donc de tactiques à mettre en œuvre. 

Stratégie n°10 : Prévoyez un avant-poste

Stratégie n°10 : Prévoyez un avant-poste

Mettre en place un avant-poste est une des stratégies à adopter. Un avant-poste c’est :

  • Une case contrôlée par un de vos pions
  • Une case qui n’est pas contrôlée par l’adversaire
  • Une case qui se situe chez l’adversaire

Il doit s’agir d’une case faible c’est-à-dire proche ou à l’intérieur de la zone de l’adversaire et protégée par un ou deux pions. L’idéal est de mettre sur cet avant-poste une pièce de moindre valeur que celle des pièces de l’adversaire susceptibles de la menacer. 

Quand une pièce se situe dans un avant-poste, elle ne peut être déplacée que par une pièce de l’autre joueur. Lorsqu’une pièce se place sur un avant-poste, c’est un atout, car de là elle peut influencer la zone de l’adversaire. 

La stratégie consiste à évaluer globalement la position et à élaborer des plans à long terme. A rebours, la tactique consiste en des manœuvres de court terme, qui sont l’aboutissement de la stratégie adoptée. 

Conclusion

En tout état de cause, les échecs sont un jeu qui se focalise sur l’interdépendance et la mobilité des pièces, pour en constituer des combinaisons tactiques telles que le clouage, la fourchette, la déviation, l’enfilade et bien d’autres. 


Leave a Reply